Durabilité : vers des fermes autonomes et économes

Avec l'augmentation du prix des matières premières agricoles, en particulier les concentrés (céréales et protéines) mais aussi et surtout avec l'augmentaton du prix des énergies fossiles, l'autonomie des fermes est aujourd'hui un véritable enjeu pour leur pérennité.

Elle améliore en effet l'adaptabilité des systèmes aux aléas climatiques et économiques: on parle alors de résilience.

Le réseau Agriculture Durable de Moyenne Montagne (ADMM)

L'APABA fait partie depuis 2008 d'un réseau d'acteurs regroupant les Centres d'Initiative pour Valoriser l'Agriculture et le Milieu rural (CIVAM) du massif central, ainsi que le bureau d'études Solagro.

 

Ce réseau, le Réseau Agriculture Durable de Moyenne Montagne (ADMM) est piloté par la Fédération Nationale des CIVAM (FNCIVAM) et fédère des paysans engagés, en bio ou non, autour d'une recherche d'autonomie (alimentaire énergétique décisionnelle) sur leur ferme, sans pour autant négliger la viabilité économique de leur activité. Il est le premier et le seul à prendre en considération les spécificités des zones de moyenne montagne qui ont leurs propres contraintes pédoclimatiques (sols peu profonds, hivers plus longs et plus rudes) qui méritaient d'être prises en compte.

Il est l'équivalent plus récent du Réseau Agriculture Durable Grand Ouest (RAD), qui s'est constitué en 1994 à partir de plusieurs groupes de paysans. Ce dernier pèse aujourd'hui dans les débats auprès des institutions (Ministères et Europe), et produit aujourd'hui de nombreuses données technico-économiques qui démontrent que des systèmes agricoles à faibles intrants peuvent à la fois respecter l'environnement, les hommes et être productifs.

Toute l'originalité du réseau ADMM, en accord avec la philosophie des CIVAM est qu'ici la connaissance est produite à partir du terrain et d'échanges d'expériences entre agriculteurs (Approche «Bottom Up») et non plus à partir du laboratoire (Approche «Top Down»). Cela signifie concrètement que le paysan trouve dans ces dynamiques participatives toute la place qui lui revient : Il coconstruit, définit ses propres objectifs, et impulse le travail de recherche sur le terrain.

Ce projet permet à l'APABA :

de capitaliser et de mutualiser les savoir faire et les expériences au niveau du massif central. Les CIVAM travaillent ensemble en réseau.

d'organiser des formations et rencontres techniques sur des thématiques innovantes et durables : gestion du pâturage, médecines alternatives (homéopathie, aromathérapie, médecine chinoise, etc.), biodynamie, géobiologie, couverts végétaux, semences paysannes, etc.

de réaliser des diagnostics agro-environnementaux sur les fermes (Planète puis Dia'terre) afin d'accompagner les paysans vers plus d'autonomie sur leurs fermes.

de réaliser des documents de vulgarisation, qui permettent de valoriser les expériences de paysans du Massif Central. Des portraits de fermes sont en ligne sur le site d'ADMM (cliquez sur la carte en bas de page), ainsi que des fiches thématiques sur des thématiques variées et encore peu étudiées à l'heure actuelle (toutes les fiches sont téléchargeables ici , rubrique «fiches témoignages de paysans») : complémentarité des élevages, dynamique locale, l'emploi au cœur de la durabilité, céréales germées, etc.


Ce projet est soutenu par La Délégation interministérielle à l’Aménagement du Territoire et à l’Attractivité Régionale (DATAR) du Massif Central ainsi que le Conseil Régional Midi Pyrénées.

Les Savoir Faire Innovants

L'innovation en agriculture est primordiale. Elle ne signifie pas, contrairement à certaines croyances, oublier l'expérience des anciens et se vouer à la modernité, inventer de nouvelles choses. L'innovation est une pratique qui utilise les erreurs et les réussites d'hier pour les adapter au contexte d'aujourd'hui.

Ellle permet aux paysans de faire face à des contraintes toujours grandissantes, qui pèsent sur la durabilité de leur activité (augmentation du prix des matières premières, changement climatique, diminution du nombre d'agriculteurs, pression foncière, etc.).

C'est ainsi que certaines pratiques très anciennes comme par exemple les céréales germées, reviennent au goût du jour car elles permettent d'améliorer la santé des animaux, tout en réduisant la quantité de céréales distribuées.

L'AB est ainsi de plus en plus reconnue comme un moteur de l'innovation, y compris pour l'agriculture conventionnelle qui s'inspire de plus en plus des pratiques bio (retour des rotations pour maitriser adventices et ravageurs, travail mécanique du sol et techniques culturales simplifiées, utilisation de légumineuses pour réduire les engrais azotés etc).

Suite à la proposition d'administrateurs, l'APABA  a mené un travail de recensement des Savoir Faire Innovants (SFI) sur les fermes aveyronnaises depuis 2012, afin de favoriser leur transmission. Le recensement continue actuellement et a déja permis d'identifier un certain nombre de SFI, qui ont été consignés sous forme de fiches techniques (toutes les fiches sont téléchargeables ici , rubrique «fiches témoignages de paysans»)

Ce projet est financé par le FEADER et le Conseil Régional Midi Pyrénées.

Analysez gratuitement la performance énegrétique de votre ferme!

Dans la continuité du travail réalisé depuis 3 ans, l'APABA a prévu de réaliser gratuitement des diagnostics Diaterre® sur les fermes aveyronnaises en 2013 et 2014.

Diagnostic de performance énergétique très complet, il analyse à la fois la consommation énergétique par atelier (incluant le coût indirect lié au transport des intrants), ainsi que les émissions de gaz à effet de serre de la ferme et le carbone fixé dans le sol. Vous trouverez plus d'infos sur le site de l'ADEME.)

Pour vous, ce diagnostic peut être un départ pour identifier vos marges de manœuvre afin d'économiser de l'énergie et donc, à terme, diminuer vous coûts de production. Pour l'APABA, c'est l'occasion de montrer que les fermes bio sont souvent plus économes et moins émettrices de CO2.

Si vous êtes intéressés pour que l'APABA réalise un diagnostic gratuitement sur votre ferme en 2013, faites le nous savoir à viande@aveyron-bio.fr ou au 05.65.68.11.52.